Constipation

Utilisation de la Patience crépue comme remède naturel

Remède contre la constipation: patience (Rumex crispus), racines séchées

Depuis combien de mois, ou peut-être d’années cohabitez vous avec la constipation ? Quel que soit le chiffre, ne le laissez pas vous démoraliser. Les plantes médicinales peuvent vous soulager.

Découvrir un remède naturel contre la constipation chronique commence par bien comprendre la physiologie du transit intestinal.

Dans cet article, nous allons tout d’abord rappeler brièvement le rôle primordial de la bile dans le processus de digestion. Nous abordons ensuite une plante très commune mais peu connue, qui pourtant favorise la création et l’expulsion d’une bile plus abondante : la Patience ou Oseille crépue.

Enfin, nous nous attardons sur la confection d’une teinture de Patience, une section accompagnée d’instructions détaillées et de photos d’illustration. Car prendre part dans la confection de ses propres remèdes, c’est se reprendre en charge et s’investir dans le processus de guérison.

Je vous recommande aussi de lire l’article plus générique sur la constipation et les différents remèdes naturels à votre disposition.

(Pour acheter mes graines de Patience (Rumex crispus), visitez Le Jardin des Médicinales)


Constipation : le rôle de la bile

Voici les 3 rôles principaux de la bile:

  • Elle contient les résidus et détritus du foie. Le foie étant notre usine de traitement et de recyclage, il déverse une grande quantité de déchets qui doivent être évacués d’une manière régulière.
  • Elle permet de digérer les corps gras. La bile, telle un savon, émulsifie les graisses et augmente leur surface de contact. Elle permet donc aux lipases, les enzymes de digestion des graisses, d’exercer leur effet d’une manière efficace.
  • Elle agit comme laxatif naturel, créant une légère irritation de la muqueuse intestinale et stimulant le mouvement péristaltique (mouvement de propulsion des aliments et des déchets dans le tube intestinal), et amenant une quantité de fluide dans les selles.

La bile agit plus efficacement lorsqu’elle est concentrée. Elle est liquide lorsqu’elle est déversée par le foie au travers du canal hépatique. La vésicule biliaire la récupère et la stocke temporairement afin de l’épaissir par déshydratation. La vésicule la déverse ensuite dans le duodénum pendant la digestion. Voir schéma ci-dessous.

Remède contre la constipation: rôle de la bile

Après avoir stationné dans l’estomac, la nourriture est déversée dans le duodénum (la première partie de l’intestin grêle). C’est à ce moment là que la vésicule va relâcher une certaine quantité de bile concentrée dans le duodénum, au travers du canal cystique et du cholédoque. La bile pénètre l’intestin par le sphincter d’Oddi (les enzymes pancréatiques utilisent le même sphincter).

La bile va alors se mélanger à la nourriture et promouvoir une bonne digestion, des corps gras en particulier. Certains remèdes naturels contre la constipation vont jouer sur cet aspect là, et agir en tant que tonique du foie et de la vésicule biliaire afin de produire plus de bile.


Constipation : optimiser le flux de bile

Afin d’améliorer le flux de bile, tout remède naturel devra automatiquement:

  1. Aider votre foie à sécréter assez de bile pour le stockage et la déshydratation par la vésicule biliaire;
  2. Aider votre vésicule biliaire à relâcher la bile avec assez de force, en quantité nécessaire, et avec le bon timing. Le timing de la relâche est aussi important que la quantité de bile disponible.

Avantages additionnels
Les plantes toniques du foie et de la vésicule vont non seulement vous aider à combattre la constipation chronique, ils vont aussi:

  • Aider votre foie à éliminer les toxines. Plus de bile évacuée signifie moins de déchets en circulation. Ceci ne peut qu’être bénéfique à votre état de santé général. Au fil des siècles, au travers des différentes cultures et traditions, l’homme a toujours su reconnaître le rôle primordial de la cure dépurative pour le bien-être de la personne.
  • Aider à mieux digérer et assimiler les lipides. Les lipides sont essentiels pour la santé. Les régimes sans gras, avec leurs conséquences néfastes, sont aujourd’hui relégués aux archives des années 80. Il faut évidemment bien connaître ses gras, ils ne sont pas tous bénéfiques, et l’apport des différent types doit être équilibré (voir mon article alimentation et cancer pour plus d’informations).

Contre la constipation: stimuler la bile

Basé sur les informations précédentes, il est clair que l’une des stratégies à adopter pour contrer la constipation chronique est de favoriser la production de bile. Ceci n’est bien sûr qu’une branche possible d’un protocole complet contre la constipation. Mais c’est une branche très importante.

La patience, ou oseille crépue (nom latin: Rumex crispus) est une plante commune que l’on trouve au bord des routes ou dans les champs en friche. C’est une plante qui peut donner un coup de fouet à un foie et une vésicule paresseuse :

  1. La patience est un tonique biliaire. Votre foie et votre vésicule relâcheront plus de bile, avec un meilleur timing. La bile imprégnera d’avantage les selles, qui seront plus souples et plus humides.
  2. Elle est légèrement irritante pour la muqueuse intestinale, ce qui favorise le mouvement péristaltique. Les restes alimentaires progresseront plus vite dans votre colon, et donc seront moins déshydratés (une des fonctions principales du colon est de réabsorber les fluides digestifs pour empêcher une déshydratation de la personne).

La plante est relativement facile à identifier. Par contre, si vous n’avez pas d’expérience en identification de plantes, mieux vaut vous faire aider par un expert pendant les premières sorties. Il est très facile de commettre des erreurs d’identification.

Il est difficile de trouver des sources commerciales en France. C’est une plante qui est par contre très utilisée dans d’autres pays d’Europe et en Angleterre. On arrive donc à en trouver sur internet lorsqu’on connaît les marques de confiance.

Pour la petite anecdote, un nouveau médicament contre la constipation en cours d’évaluation(1) permet l’augmentation de la quantité de bile en circulation dans le tube intestinal. Voici un exemple typique de la médecine moderne essayant de répliquer ce que les plantes nous fournissent depuis des millénaires.


La patience crépue – petit aperçu historique

La patience s’est établie au travers des siècles comme une plante utile et efficace pour stimuler les fonctions hépato-biliaires. Voici quelques exemples provenant d’auteurs reconnus:

Nicholas Culpeper, un des pères de la phytothérapie moderne, note dans son livre “A Complete Herbal”(2) publié en 1653 que la plante excelle pour renforcer les fonctions du foie.

F.J. Cazin, docteur de campagne et grand utilisateur des plantes médicinales, nous dit dans son « Traité Pratique et Raisonné sur l’utilisation des Plantes Médicinales Indigènes »(3) publié en 1850 que la patience est utilisée dans les cas « d’atonie des voies digestives et dans les engorgements froids des viscères abdominaux« . En d’autres mots, pour les fonctions digestives paresseuses créant stagnation, congestion, et (non mentionné dans ses indications) constipation.

Maude Grieve, dans son fameux “A Modern Herbal”(4) publié en 1931, mentionne le fait que “la racine de la patience est laxative, et modérément tonique« . Tonique signifie ici une stimulation de fonction hépato-biliaire.

Le défunt Michael Moore, un des praticiens les plus admirés et expérimentés aux États-Unis, nous apprend que la patience est bonne pour la « constipation chronique, accompagnée de manque de fonction gastrique, et d’éruptions cutanées sur la figure, sur le cou, sur le dos ou sur les fesses« . Il nous rappelle l’étroite corrélation entre foie et problèmes de peau.


La patience crépue – mode d’emploi

Si vous désirez utiliser la patience en tant que remède contre la constipation, voici mes recommandations.

POUR QUI ?

Une indication spécifique pour la patience est la suivante : vous suspectez une vésicule atonique, qui manque d’énergie pour exécuter ses fonctions. Ceci se traduit par une certaine difficulté à digérer les lipides. Imaginez vous avec un avocat garni de thon-mayonnaise dans votre assiette. Vous pouvez l’avaler sans problème, ou vous le digérez encore le lendemain matin?

Si vous constatez que digérer les aliments gras n’est pas votre point fort, votre vésicule biliaire a peut-être besoin d’un petit coup de main. Vous ne fabriquez pas assez de bile, ou le timing de la relâche de bile dans le duodénum est déficiente.

Votre incapacité à bien digérer les lipides peut aussi se traduire par une peau sèche avec desquamation. Les glandes sébacées ont besoin de lipides de qualité pour pouvoir bien lubrifier notre peau, et vous en manquez peut-être.

Un manque d’acide gras essentiels peut aussi créer ou exacerber des problèmes d’allergies. Les acides gras sont en effet primordiaux pour assurer une bonne intégrité des membranes cellulaire. Une mauvaise intégrité cellulaire entraîne, en particulier au niveau de l’intestin grêle, une perméabilité aux molécules non digérées, ces molécules pouvant devenir allergènes.

Si vous êtes tout simplement constipé avez des problèmes digestifs sans les indications cutanées ou allergiques, la Patience est à essayer.

SOUS QUELLE FORME ?

Je recommande la teinture mère (sous forme alcoolique), ou l’extrait de plante standardisé (EPS, un extrait souvent délivré sous forme glycérinée).

Idéalement, l’extrait de plante doit être fait à partir de la racine fraîche. La patience est relativement stable au séchage (contrairement à d’autres plantes). La racine fraîche apportera néanmoins des constituants plus équilibrés et de meilleure qualité.

En deuxième choix, je préconise les gélules de racines pulvérisées. Elles peuvent être utilisées pour des raisons pratiques (plus facile à transporter et à prendre, etc).

A QUEL MOMENT ?

La prise doit se faire environ 15 minutes avant les repas afin de préparer le foie et la vésicule à l’arrivée du repas.

QUEL DOSAGE ?

Pour utiliser la patience en tant que remède contre la constipation, je recommande les doses suivantes:

  • Teinture ou EPS : 20 à 40 gouttes, 2 à 3 fois par jour (repas du midi et soir, ou les 3 repas);
  • Gélules : tout dépend de la quantité de plante par gélule. 0,5g de racine pulvérisée, 2 à 3 fois par jour.
  • Décoction : préparer 30g de racine séchée et coupée en petits morceaux ou pulvérisée au moulin à café. Faire bouillir doucement dans 1 litre d’eau pendant 10 minutes, puis couvrir et laisser infuser pendant 10 autres minutes. Filtrer. Dose pour 2 jours, boire un petit verre avant chaque repas.

La décoction n’est pas spécialement plaisante à boire. Si vous êtes sensibles à certains goûts (amers par exemple), je conseille la teinture ou les gélules.

Les dosages varient selon l’age, le poids et la constitution de la personne. Je démarre avec des doses faibles si la personne est plutôt frêle, ou est très sensible aux préparations à base de plantes. Sans consultation préalable, il vous faudra donc expérimenter.

A partir d’une certaine dose, la patience est laxative. Nous voulons toujours rester au-dessous de cette dose. Nous utilisons la patience comme tonique du foie et de la vésicule, et pas comme un irritant des muqueuses qui va créer une inflammation.

PENDANT COMBIEN DE TEMPS ?

Essayez la patience pendant au moins 2 à 3 semaines et voyez si elle arrive à améliorer votre transit d’une manière notable.

Comme expliqué auparavant, la patience est tonique pour la fonction hépato-biliaire, mais elle est aussi légèrement irritante pour les muqueuses. Il est donc judicieux de ne pas dépendre sur elle pour le long terme.

Si elle soulage votre constipation chronique, utilisez la patience pendant quelques semaines, 2 mois tout au plus. Cela vous donnera le temps de prendre du recul et d’étudier les causes profondes de cette constipation, qui peuvent être de nature alimentaire ou fonctionnelle. Puis sevrez-vous, en diminuant les doses d’une manière progressive.


Fabriquez votre propre teinture mère

Si vous souffrez de constipation chronique, on vous a sûrement recommandé un peu d’exercice, surtout ceux qui stimulent la fonction digestive – la marche par exemple. Et bien allons prendre un peu l’air. Nous allons confectionner une teinture mére de patience.

Premièrement, nous allons ramasser une certaine quantité de racines. L’idéal est de ramasser la patience à l’automne, lorsque l’énergie de la plante repart vers les racines, la partie qui nous intéresse. Si vous avez besoin de la plante à un autre moment de l’année, pas de panique. Les plantes sont toujours prêtes à nous apporter leur énergie vitale, même lorsque le moment n’est pas optimal.

Essayez de repérer deux ou trois plantes matures, elles auront des racines plus grosses. Nous cherchons des racines de la taille d’une grosse carotte. Voici à quoi ressemblent les parties aériennes de la plante autour de chez moi :

Remède contre la constipation: patience, parties aériennes

Remarquez les feuilles qui ondulent un peu, elle sont crépues. D’où le nom latin, Rumex crispus.

Comment savoir si les racines seront assez grosses ? Dégagez un peu de terre autour de la racine et tâtez le diamètre de la racine.

Si vous pouvez faire votre ramasse après une bonne pluie, faites le. Sinon, il faudra essayer d’extraire la carotte dans la terre compacte et sèche: c’est en général un bon exercice, comportant hélas le risque de casser la masse racinaire.

Voici une photo d’une plante que j’ai déracinée cette semaine (fin novembre 2011):

Remède contre la constipation: patience, racines non nettoyées

Nettoyez les racines avec une brosse. Voici la photo des racines propres:

Remède contre la constipation: patience, racines nettoyées

Constatez la belle couleur jaune-orangée de l’intérieur de la racine:

Remède contre la constipation: patience, section de la racine

Au plus la racine est orangée, au plus elle contient des composants actifs. Historiquement, cette couleur était considérée comme la signature d’un tonique hépato-biliaire (que nous voyons aussi dans le suc de la chélidoine par exemple, ou dans le curcuma, deux plantes du foie).

Coupez la racine en petits tronçons, et placez-les dans un bocal. Recouvrez d’alcool:

  • Si la racine est fraîche, pour 100g de racine, ajoutez 200ml d’alcool à 96°. On dit que la proportion plante-solvant est de 1:2 (un pour deux);
  • Si la racine est séchée, pour 100g de racine, ajoutez 500ml d’alcool à 50°. On dit que la proportion plante-solvant est de 1:5 (un pour cinq). Pulvérisez d’abord au moulin à café avant de mettre en macération.

Assurez vous que l’alcool recouvre la plante en totalité. Sinon coupez les tronçons en morceaux plus petits, ou plus simple, rajoutez un peu d’alcool.

Si vous n’avez que de l’alcool de fruits à 45°, utilisez-le. Votre extrait ne sera pas optimal, mais il contiendra toujours assez de composants actifs pour vous soulager.

Voici ma racine coupée en tronçons et recouverte d’alcool. J’en ai cueilli juste assez pour écrire cet article. Pour votre consommation, mieux vaut essayer de remplir le quart d’un bocal de 1 litre, disons 2 ou 3 belles racines.

Remède contre la constipation: patience, découpée et en macération, jour 1

Laissez macérer pendant 3 à 4 semaines. Si vous avez utilisé la racine sèche, remuez le bocal chaque jour. Au bout des 3 semaines, le liquide devrait être d’un beau marron foncé, avoir une apparence épaisse et quasiment opaque. Voici une photo de mon bocal après seulement 2 jours: il a déjà bien foncé.

Remède contre la constipation: patience, découpée et en macération, jour 2

Lorsque l’extrait est prêt, filtrez au travers d’un filtre à café non traité, mettez-le en bouteille hermétique et étiquetez-le avec la date de préparation et le lieu de ramasse. Une bonne teinture, rangée dans un endroit frais et obscur (une cave par exemple) peut se garder plusieurs pendant  années.

Voici une macération en plus grande quantité, avec une plante qui macère depuis plusieurs mois (notez l’aspect quasi-noir et opaque de l’extrait). J’ai passé le macérât au blender au bout de quelques semaines afin d’augmenter la surface de contact entre les racines et l’alcool.

Remède contre la constipation: patience, en macération longue

Pour acheter mes graines de patience crépue, veuillez visiter mon nouveau site : Le Jardin des Médicinales


Des alternatives à la patience crépue ?

La patience reste ma plante de prédilection pour les cas de constipation chronique accompagnée de faiblesse hépato-biliaire.

La racine de pissenlit peut être employée en remplacement, bien qu’elle ne soit pas aussi efficace. De plus, elle a un effet plus « asséchant » et ne convient pas à tous types de constitutions. Elle est moins efficace pour l’assimilation des lipides, mais plus efficace en tant que diurétique.

Si vous n’avez pas de patience (jeu de mot involontaire) et que vous correspondez au profil hépato-biliaire, vous pouvez tout de même essayer la racine de pissenlit (teinture, EPS ou décoction).


Conclusion

Au travers de cet article, nous avons abordé le rôle de la bile, notre laxatif naturel, dans le transit intestinal. Nous avons vu que la patience, une plante anodine que l’on trouve au bord des routes, n’est pas si anodine que cela lorsque nous avons besoin d’elle.

Nous avons mentionné le fait que la patience est efficace pour vos cas de constipation chronique accompagnés par une faiblesse hépato-biliaire, avec difficulté à digérer les aliments gras, et parfois des problèmes de peau sèche et d’allergies. Elle ne sera pas nécessairement efficace pour tous les cas de constipation.

Nous avons constaté que la patience ne doit pas être utilisée au long terme, mais peut fournir un bon coup de pouce au court terme afin d’obtenir un certain soulagement et de vous permettre de réfléchir à tête reposée aux causes possibles de votre constipation chronique.

Finalement, nous avons passé un bon moment à quatre pattes dans le champs du voisin, à déterrer des racines de patience. De retour en cuisine, nous avons mis les racines à macérer pour une utilisation prochaine. Fin d’une bonne journée de travail!


Références « Constipation »

(1) Wong BS, Camilleri M, McKinzie S, Burton D, Graffner H, ZinsmeisterAR. « Effects of A3309, an Ileal Bile Acid Transporter Inhibitor, on Colonic Transit and Symptoms in Females With Functional Constipation ».Am J Gastroenterol. 2011 Aug 30. doi: 10.1038/ajg.2011.285.

(2) Culpeper, Nicholas 1995. « Culpeper’s Complete Herbal: A Book of Natural Remedies of Ancient Ills » (The Wordsworth Collection ReferenceLibrary) (The Wordsworth Collection Reference Library). NTC/Contemporary Publishing Company. ISBN 1853263451.

(3) Cazin, F.J. 1850. « Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes avec un atlas de 200 planches lithographiées ».

(4) Grieve, Maud 1984. « A Modern Herbal ». Harmondsworth, England: Penguin Books. ISBN 0486227987 (first published in 1931).


Dans ses objectifs d'éducation à l'international, Christophe Bernard fournit par internet des informations éducatives pour tout lecteur francophone vivant dans n'importe quel pays du monde. Ces données ont été puisées dans la littérature historique et traditionnelle sur les herbes. Elles n'ont pas pour but de remplacer l'avis médical dispensé par un médecin en ce qui attrait aux problèmes d'ordre médical, y compris le diagnostic, le traitement ou la guérison de maladies ou autres affections physiques ou mentales, etc. Il n'est donc aucunement dans l'intention de Christophe Bernard de poser des diagnostics ou d'établir des prescriptions. Il décline formellement toute responsabilité, quelle qu'elle soit, dans les cas d'auto-prescription sans l'autorisation préalable d'un médecin.

Copyright © 2010-2014 Althea Provence / Christophe BERNARD - Tous droits réservés
N° SIRET : 788 484 871 00017

2 thoughts on “Constipation : utilisation de la patience crépue

  1. Bonjour

    est ce que les racines de Rumex patientia, R. pulcher, R.obtusifolius sont moins actives que R. crispus ?

    Merci de votre réponse. Bien cordialement.

    Marie-Claude

    Répondre
    • Bonjour,
      Je ne sais pas, je ne les ai jamais essayés dans le contexte de la dépuration et de l’effet laxatif de R. crispus. Les écrits nous disent qu’ils ne sont pas égaux, et R. crispus a toujours été préféré. Parfois basé sur la théorie des signatures (racine orange, bon pour la bile). Parfois basé sur l’expérience clinique des auteurs. Bref, je ne me suis jamais attaqué aux autres, dû à l’abondance du crépu dans nos campagnes.

      Répondre

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>