D’après la ligue contre le cancer, 4000 nouveaux cas de cancer de la thyroïde sont diagnostiqués chaque année. Plus de 90% sont dit « différenciés » et incluent le cancer papillaire et le cancer folliculaire. Ces formes sont en général traités de manière efficace, avec un taux de guérison qui dépasse 90% et des récidives qui sont peu fréquentes(1).

Ginkgo biloba

Le cancer de la thyroïde : traitement

Le traitement classique du cancer de la thyroïde se divise en deux étapes :

  1. L’ablation totale de la thyroïde, appelée thyroïdectomie totale.
  2. L’utilisation de l’iode 131 (iode radioactif), après l’ablation, afin de détruire les restes possibles de cellules thyroïdiennes que l’ablation n’est pas arrivée à complètement enlever. La thyroïde consomme une grande quantité d’iode, précurseur des hormones thyroïdiennes. L’iode radioactive va donc aller se loger directement dans les cellules thyroïdiennes restantes et les détruire.

La question est la suivante : l’iode 131 peut-elle être toxique pour l’individu ?

Ginkgo biloba et iode 131

Une étude publiée dans le journal « Thyroid » (2012 Mar;22(3):318-24) examine les effets protecteurs du ginkgo biloba contre la toxicité de l’iode radioactive. Le but étant de trouver une substance qui arrive a protéger les cellules non-thyroïdiennes, tout en laissant l’iode faire son travail pour les cellules cibles (les cellules thyroïdiennes).

Les chercheurs se basent sur une étude précédente montrant que le traitement à l’iode 131 induit une génotoxicité(2), c’est-à-dire endommage l’ADN des patients.

33 patients, entre 18 et 73 ans souffrant de cancer différencié de la thyroïde, ayant subit une thyroïdectomie et étant sur le point de prendre de l’iode 131, furent divisés en 2 groupes, un groupe Ginkgo biloba (120 mg/jour pendant 1 mois) et un groupe placebo.

Des prises de sang furent effectuées au début de l’étude et à intervales réguliers pendant 90 jours après la prise d’iode 131. L’étude fut réalisée en double-aveugle.

Les résultats furent les suivants :

  • Dans le groupe placebo, les dommages infligés aux lymphocytes sanguins augmentèrent d’une manière significative après la prise de l’iode radioactive, avec un pic au jour 7. De plus, des substances qui peuvent entraîner des dommages aux chromosomes augmentèrent d’une manière significative, avec un pic au jour 14 (et une présence résiduelle à la dernière analyse sanguine).
  • Dans le groupe Ginkgo biloba, aucun dommage ni substances problématiques ne furent mesurés.

Les chercheurs en concluent que le Ginkgo biloba peut protéger le patient contre les dommages oxydatifs et génotoxiques de l’iode 131, sans perturber l’objectif clinique de l’intervention.

Ce qui m’interpelle est l’application à plus grande échelle. A un moment ou l’accident de Fukushima est toujours présent dans nos esprits, gardons le Ginkgo biloba en tête, car ses effets protecteurs pourraient bien s’étendre à la protection contre les contaminations radioactives en tout genre.


(1) « Le Cancer de la Thyroïde« , brochure mise à disposition par « La Ligue contre le Cancer » à l’adresse suivante

(2) Popova L, Hadjidekova V, Hadjieva T, Agova S, Vasilev I. « Cytokinesis-block micronucleus test in patients undergoing radioiodine therapy for differentiated thyroid carcinoma. » Hell J Nucl Med. 2005 Jan-Apr;8(1):54-7.


Dans ses objectifs d'éducation à l'international, Christophe Bernard fournit par internet des informations éducatives pour tout lecteur francophone vivant dans n'importe quel pays du monde. Ces données ont été puisées dans la littérature historique et traditionnelle sur les herbes. Elles n'ont pas pour but de remplacer l'avis médical dispensé par un médecin en ce qui attrait aux problèmes d'ordre médical, y compris le diagnostic, le traitement ou la guérison de maladies ou autres affections physiques ou mentales, etc. Il n'est donc aucunement dans l'intention de Christophe Bernard de poser des diagnostics ou d'établir des prescriptions. Il décline formellement toute responsabilité, quelle qu'elle soit, dans les cas d'auto-prescription sans l'autorisation préalable d'un médecin.

Copyright © 2010-2014 Althea Provence / Christophe BERNARD - Tous droits réservés
N° SIRET : 788 484 871 00017

Ecrire un commentaire

requis

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>